Dans les méandres de la mémoire allemande

Par

Le Bundestag fait ce mardi sa rentrée parlementaire, avec 92 députés du parti d’extrême droite AfD, ouvertement xénophobe et hostile au travail de mémoire entrepris par le pays. Une entorse aux fondements de la démocratie allemande, selon Géraldine Schwarz qui publie un récit très personnel autour de la question mémorielle outre-Rhin.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Son grand-père avait sa carte au NSDAP, le parti national-socialiste. Sa grand-mère, sans pour autant être antisémite, nourrissait une certaine admiration pour Hitler. Ils n’étaient peut-être pas des soutiens de premier plan du IIIe Reich, mais comme une majorité d’Allemands, ils ont suivi le courant – ils ont été ce que l’on appelle en allemand des Mitläufer. Et comme la plupart, dans l’immédiat après-guerre, ils ont préféré le déni et le tabou, plutôt que de regarder en face la réalité de la Shoah.