Avec Sienne comme avec soi-même

Par Claude Grimal (En attendant Nadeau)

Après l’écriture de La Terre qui les sépare, voyage sur les traces de son père, opposant à Kadhafi disparu en Libye, Hisham Matar se rend en Italie. Et livre le merveilleux Un mois à Sienne, fait de rencontres, déambulations et visites aux musées, lieux essentiels du retour à la vie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Matar, né en 1970 à New York, a grandi en Libye, pays de sa famille, puis en Égypte, avant de partir faire ses études en Angleterre, où il réside toujours. L’écrivain, dans le très beau Un mois à Sienne, arrive dans la ville toscane après avoir achevé le manuscrit de La Terre qui les sépare, qui raconte son premier voyage en Libye après trente années dexil, voyage entrepris pour tenter de retrouver des traces de son père, dissident politique enlevé par le régime de Kadhafi en 1990 et disparu depuis.