Hisham Matar, tel un Télémaque en Libye

Par Cécile Dutheil (En attendant Nadeau)

Peu après la chute de Kadhafi, l’écrivain Hisham Matar est parti en Libye, à la recherche de son père disparu depuis 1989, après avoir été détenu dans la prison d’Abou Salim. Le récit de cette quête douloureuse et éprouvante donne La Terre qui les sépare, un texte puissant, tout en pudeur et émotion contenue.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Hisham Matar est un écrivain libyen qui vit aujourd’hui à Londres, un de ces hommes qui ont trouvé un frêle refuge dans la littérature, pour qui l’écriture est cependant un outil, un moyen, un instrument de quête. Son père, Jaballa Matar, fut successivement officier, diplomate et homme d’affaires ; c’était un homme doué, raffiné, féru de poésie et animé par une dignité inviolable ; ce fut surtout un opposant au jeune Mouammar Kadhafi qui arracha le pouvoir en 1969 et enferma son pays sous l’emprise d’une dictature terrifiante.