Quand des écrivains algériens jouent à qui perd gagne avec le français

Par et

Kaoutar Harchi analyse la réception de cinq écrivains algériens de langue française dans l’Hexagone, pour démontrer comment le pré carré littéraire tente de domestiquer, sous couvert d’accueillir. Entretien avec une dynamiteuse de bonne conscience nationale…

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Mediapart lance une collection d’entretiens, « Tire ta langue », histoire d’aborder une certaine idée de l’usage du français. Non pas cette francophonie trop souvent perçue comme ce qui reste d’une emprise culturelle quand on a perdu tout empire colonial, mais une francophonie d’invention, d’enrichissement, d’audace – ce qui ne va pas sans malentendus, tensions, voire douleurs.