François Cusset, Thierry Hesse: révoltes et rendez-vous manqués

Par

L’historien des idées François Cusset – l’un des invités du festival littéraire de Mediapart, le 1er octobre – ouvre son premier roman sur une flamboyante insurrection parisienne. Et ce qui ne la suit pas. Thierry Hesse s’attache, lui, aux parcours de deux frères et revisite Metz. L’un et l’autre travaillent le thème du manquement, politique, social ou affectif. Extraits.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour François Cusset, essayiste – on se souvient entre autres du Grand cauchemar des années 1980, ou de Contre-discours de Mai : ce qu’embaumeurs et fossoyeurs de 68 ne disent pas à ses héritiers –, la littérature est-elle la continuation des idées par d’autres moyens ? Il y a de cela. À l’abri du déclin du monde, son premier roman – sélectionné pour le prix Wepler –, met en action et en image un héritage politique inconfortable et frustrant, l’opiniâtre et minuscule résistance de quelques-uns. Rébellion interrompue, gueule de bois politique, et version chorale des années qui suivent, jusqu’à aujourd’hui.