Une histoire de Los Angeles, de sable et d’eau

Par Philippe Artières (En attendant Nadeau)

Avec Ruée vers le sable, monographie sur Los Angeles d’Elsa Devienne, une inédite histoire urbaine apparaît : celle d’un vaste espace public aux enjeux à la fois sociaux, économiques et écologiques où des citoyens se sont aussi « érigés en experts du littoral ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Depuis les années 2000, une « coastal history », selon l’expression de l’historien américain Isaac Land, s’est progressivement imposée comme un courant particulièrement stimulant. S’éloignant des pas d’Alain Corbin et de son histoire sensible des rivages, une nouvelle génération de chercheur·e·s en sciences sociales propose une histoire contemporaine de la plage sous l’angle environnemental. Partant d’une étude culturelle de ces lieux, elle s’appuie surtout sur les outils produits par les travaux sur l’environnement, en particulier les travaux premiers sur l’histoire des parcs urbains, sur Central Park, à New York – notamment l’ouvrage de Roy Rosenzweig et Elisabeth Blackmar paru en 1998.