Morad Farhadpour: «En Iran nous avons une sorte de capitalisme islamique, un mélange du pire de tout»

Par Léon Colas

Alors que le président Hassan Rohani est en visite officielle en France à la suite du dégel des relations avec les Occidentaux, l'écrivain iranien de gauche Morad Farhadpour décrypte les évolutions récentes du pays et les occasions manquées des dernières décennies.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Téhéran, envoyé spécial.- Théoricien critique et écrivain, Morad Farhadpour fait partie des fondateurs de ce qu’on a appelé en Iran le mouvement de la nouvelle gauche. Philosophe autodidacte, il a été l’un des piliers de la revue Arghanoun et du collectif Rokhdad. Il a traduit de nombreux ouvrages, notamment de Walter Benjamin, Theodor Adorno, Slavoj Zizek ou encore Alain Badiou. Nous l’avons rencontré chez lui à Téhéran.