Linhart et Dosse, exploratrices des silences

Par

Virginie Linhart a rencontré et interrogé des rescapés de la Shoah : non sur le camp, mais sur la vie après. Florence Dosse a rencontré et interrogé d’anciens appelés de la guerre d’Algérie et leurs enfants. Pour toutes deux, une façon de briser un silence familial. En dressant le portrait nuancé et sans complaisance de la France du déni. Entretien vidéo et extraits des livres.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le film n’a pas suffi. Quelque chose n’y était pas dit. Or, le silence a pesé lourd, dans sa famille. En 2008, Virginie Linhart publiait Le Jour où mon père s’est tu, écrivant sur Robert, son père, normalien, responsable de la Gauche prolétarienne, auteur de L’Etabli, entré dans le mutisme en 1981.