Metin Arditi: «Je ne peux imaginer pire situation qu’un tel retour au religieux»

Par

Dans un roman poignant, Rachel et les siens, Metin Arditi donne à éprouver un gâchis moral et humain dans la Palestine mandataire devenue Israël : la fin de la coexistence harmonieuse entre Juifs et Arabes. Entretien politico-littéraire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Parmi les romans de la rentrée, il en est un qui allie l’art du conteur captivant, la nostalgie qu’engendrent les sagas familiales (La Dynastie des Forsyte, par exemple) et la force politique en faveur d’une cause juste : Rachel et les siens (Grasset), de Metin Arditi. L’auteur est né en 1945 à Ankara. Sa famille paternelle, les Arditi de Roussé (Rusçuk en turc), dans la Bulgarie ottomane, l’apparente au prix Nobel de littérature Elias Canetti (1905-1994).