Avec «En liberté!», Pierre Salvadori bonifie son art de la comédie

Par

Retour en salle du champion de la comédie française. En liberté !, le nouveau film de Pierre Salvadori, flirte avec le genre policier pour s’interroger sur les rapports entre le mensonge et la violence, entre les quiproquos et les coups, entre la justice et la fable. Le sujet est aussi grave que le film est drôle, aussi casse-gueule que celui-ci est réussi. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Des réalisateurs de comédies, il en est de deux sortes. Il y a ceux qui, s’intéressant à certains sujets en particulier, considèrent que la comédie est le genre le plus approprié pour en traiter. Et il y a ceux pour qui le sujet n’importe pas. Seule importe la comédie. Les premiers portent sur certaines choses présentes dans le monde, et qui peuvent être graves, un regard amusé. Peut-être se disent-ils que cela fera mieux passer la pilule. Les seconds portent sur le monde même le regard de l’amusement. Entre les deux, ils ne font, à la limite, aucune différence.