Sarah Haidar: «La littérature doit désarçonner»

Rencontre avec une écrivaine algérienne, libertaire, féministe, kabyle, séditieuse et lyrique : Sarah Haidar. La Morsure du coquelicot, son roman à couper le souffle, chamboule toutes les idées reçues. Une prose stylistiquement galvanisante...

Vidéo réservée aux abonné·es

Enquêtes exclusives, reportages, documentaires, entretiens…

Je m’abonne pour 1€

Résiliable en ligne à tout moment

Se connecter

Mediapart n’est pas peu fier de présenter l’une de ces pépites littéraires dont le Maghreb en général et l’Algérie en particulier ont le secret : Sarah Haidar. La Morsure du coquelicot (Éd. Métagraphes), roman d’anticipation de cette trentenaire anarchisante, solde tous les comptes possibles avec la stratocratie d’Alger, prête à n’importe quoi pour garder le pouvoir auquel elle se cramponne depuis 1962 : faire régner la confusion, la corruption, la consternation, quitte à nourrir le terrorisme qu’il lui faudra ensuite éradiquer.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié