La crise climatique au prisme du genre

En quoi les énergies fossiles constituent un élément central de l’identité masculine dominante ? Pourquoi le végétarisme est-il encore perçu comme un régime dévirilisant ? Quelles articulations peut-on construire entre les luttes LGBTQI+ et le mouvement climat ?

Une série d'entretiens pour mieux appréhender comment le genre et la sexualité structurent la question climatique.

Cy Lecerf Maulpoix : « La lutte climatique demeure encore très blanche et hétérocentrée »

Par

Particulièrement menacés par le réchauffement planétaire, de plus en plus de LGBTQI+ investissent le mouvement « climat ». Pourtant, nombre de milieux écologistes, notamment ancrés à gauche, expriment régulièrement des positions homophobes sous couvert de protéger une Nature sacralisée. Entretien avec le journaliste et auteur Cy Lecerf Maulpoix.

« Malgré la crise climatique, le végétarisme est encore perçu comme dévirilisant »

Par
Première de couverture de "Steaksisme. En finir avec le mythe de la végé et du viandard" de Nora Bouazzouni (Nouriturfu, avril 2021). © Nouriturfu Première de couverture de "Steaksisme. En finir avec le mythe de la végé et du viandard" de Nora Bouazzouni (Nouriturfu, avril 2021). © Nouriturfu

Face à l’élevage industriel qui rejette 15 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre, le végétarisme incarne un levier majeur pour réduire le réchauffement climatique. La journaliste Nora Bouazzouni explique pourquoi les hommes restent les plus réfractaires à une alimentation végétale.

«Le genre et la sexualité structurent la question climatique»

Par

Chercheuse américaine en sciences politiques, Cara Daggett propose une lecture féministe du climato-scepticisme. À travers le concept de « pétro-masculinité », elle démontre en quoi les énergies fossiles constituent un élément central de l’identité masculine dominante, mais aussi comment l’extrême droite gagne du terrain sur la question climatique. Entretien.