« Malgré la crise climatique, le végétarisme est encore perçu comme dévirilisant »

Par

Face à l’élevage industriel qui rejette 15 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre, le végétarisme incarne un levier majeur pour réduire le réchauffement climatique. La journaliste Nora Bouazzouni explique pourquoi les hommes restent les plus réfractaires à une alimentation végétale.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Nora Bouazzouni est journaliste indépendante (Slate, Trois Couleurs) et membre du comité de rédaction de la revue La Déferlante. Elle est l’autrice de Faiminisme : quand le sexisme passe à table (Nouriturfu, 2017) et de Steaksisme  En finir avec le mythe de la végé et du viandard, paru en avril dernier, un essai où elle démontre comment derrière notre alimentation se cachent de nombreuses injonctions genrées et autres stéréotypes sexistes.