17 octobre 1961, 17 écrivains se souviennent

A l'occasion du cinquantenaire du 17 octobre 1961, Mediapart publie avec l'association Au Nom de la mémoire l'ensemble des textes d'écrivains réunis dans le livre: 17 octobre 1961, 17 écrivains se souviennent. Ce livre publié aux éditions Au Nom de la Mémoire peut être commandé au, 14 rue de la Paix, 95370 Montigny-Les-Corneilles.

 

17 octobre 1961: «Car à la justice, jamais nous ne renoncerons, jamais !»

Par

Le 17 octobre 1961, des hommes sans armes ont été assassinés par les forces de l'ordre. En souvenir de ce massacre, nous publions ici le premier des 17 textes d'écrivains que nous vous proposerons. Il est signé Mehdi Lallaoui, auteur et réalisateur, responsable de l'association Au Nom de la Mémoire.

«Fatima pour mémoire», par Didier Daeninckx

Par

En souvenir du massacre du 17 octobre 1961, Mediapart publie 17 textes d'écrivains se remémorant la répression sanglante de la manifestation des Algériens à Paris. Celui d'aujourd'hui est signé du romancier Didier Daeninckx, en souvenir de Fatima Bédar «morte quand les policiers français jetaient les Algériens à la Seine».

«La Seine était toute rouge du sang de ceux qu'on y avait jetés»

Par
En souvenir du massacre du 17 octobre 1961, Mediapart publie 17 textes d'écrivains se remémorant la répression sanglante de la manifestation des Algériens à Paris. Aujourd'hui, celui de Bernard Chambaz qui, d'un souffle, affirme: «Sauvagerie est bien le mot.»

17 octobre 1961: Au nom de la vérité

Par
En souvenir du massacre du 17 octobre 1961, Mediapart publie 17 textes d'écrivains se remémorant la répression sanglante de la manifestation des Algériens à Paris. Celui d'aujourd'hui est signé Samia Messaoudi, auteure, militante de l'association Au Nom de la Mémoire.

Ces hommes jetés à la Seine, «eux aussi, ont été embrassés un jour»

Par
En souvenir du massacre du 17 octobre 1961, Mediapart publie 17 textes d'écrivains sur la répression sanglante de la manifestation des Algériens à Paris. Celui d'aujourd'hui est signé par la romancière Jeanne Benameur. Elle avait 9 ans en 1961, et «cet été-là, (elle avait) appris à nager».

«Dans l'eau glacée d'un pays glacial»

Par
En souvenir du massacre du 17 octobre 1961, Mediapart publie 17 textes d'écrivains se remémorant la répression sanglante de la manifestation des Algériens à Paris. Celui d'aujourd'hui est signé par le romancier Gérard Alle: l'histoire de la petite Justine, son frère Kevin et son pote Mouloud.

La femme taxi (histoire vécue)

En souvenir du massacre du 17 octobre 1961, Mediapart publie 17 textes d'écrivains se remémorant la répression sanglante de la manifestation des Algériens à Paris. Celui d'aujourd'hui est signé Mehdi Charef, auteur de Le Thé au harem d'Archi Ahmed et de Le Christ s'est arrêté à Tizi-Ouzou.

«Nous aussi on va dire non, nous aussi on va dire "Dégage!"»

Par

En souvenir du massacre du 17 octobre 1961, Mediapart publie 17 textes d'écrivains se remémorant la répression sanglante de la manifestation des Algériens à Paris. Celui d'aujourd'hui est signé de la romancière Leïla Sebbar: autour d'une visite à l'île Seguin, il relie la guerre d'indépendance de l'Algérie aux actuelles révoltes dans le monde arabe.

17 octobre 1961: «Tu vas voir la France !»

En souvenir du massacre du 17 octobre 1961, Mediapart publie 17 textes d'écrivains sur la répression sanglante de la manifestation des Algériens à Paris. Aujourd'hui la romancière Maïssa Bey raconte le jour où «des hommes et des femmes qu'on veut empêcher de marcher, de se réunir, de se promener, décident de sortir». Et de marcher ensemble.

Le bon samaritain

En souvenir du massacre du 17 octobre 1961, Mediapart publie 17 textes d'écrivains sur la répression sanglante de la manifestation des Algériens à Paris. Celui d'aujourd'hui est signé Michel Piquemal: le récit d'un médecin «mêlé bien malgré (lui à cet événement). Sans doute une épreuve que Dieu a voulu (lui) envoyer...»

17 octobre 1961: «L'homme en sang, avec les ordures »

En souvenir du massacre du 17 octobre 1961, Mediapart publie 17 textes d'écrivains se remémorant la répression sanglante de la manifestation des Algériens à Paris. Celui d'aujourd'hui est signé par Tassadit Imache, qui se souvient du récit de sa mère: «Nous habitions encore à Bezons, à côté de la Seine. J'ai supplié votre père de ne pas sortir!»

«Ce fut un massacre, une boucherie sanguinaire où le bougnoule se devait de crever»

En souvenir du massacre du 17 octobre 1961, Mediapart publie 17 textes d'écrivains sur la répression sanglante de la manifestation des Algériens à Paris. Celui de Magyd Cherfi, le parolier du groupe Zebda, constate simplement : «On peut naître français sans jamais le devenir, ça en donne des raisons de marcher.»

19 octobre 1961: La pluie pleurait sur eux

En souvenir du massacre du 17 octobre 1961, Mediapart publie 17 textes d'écrivains se remémorant la répression sanglante de la manifestation des Algériens à Paris. Aujourd'hui, le romancier Abdelkader Djemaï nous propose un poème.

«Saint Augustin. Tu savais qu’il était né en Algérie ?»

En souvenir du massacre du 17 octobre 1961, Mediapart publie 17 textes d'écrivains sur la répression sanglante de la manifestation des Algériens à Paris. Aujourd'hui, celui de Dagory se place du côté des forces de l'ordre.

«Les flics français, ils sont dressés pour sentir les Arabes»

En souvenir du massacre du 17 octobre 1961, Mediapart publie 17 textes d'écrivains se remémorant la répression sanglante de la manifestation des Algériens à Paris. Aujourd'hui, Mohamed Kacimi présente la balade d'une jeune femme, dans Paris. Une jeune femme qui court après son enfance.

17 octobre 61: Oradour-sur-Seine

En souvenir du massacre du 17 octobre 1961, Mediapart publie 17 textes d'écrivains se remémorant la répression sanglante de la manifestation des Algériens à Paris. Aujourd'hui, Salah Guemriche revient sur cette phrase de Camus: «Un homme, ça s'empêche.»

«Des p'tits Ben Bella comme s’il en pleuvait»

Mediapart publie dix-sept textes d'écrivains. Le dernier: Akli Tadjer, qui se souvient de ce jour où son père l'interdit d'école pour aller «crier ce qu'on a sur le cœur».