Ils se croyaient intouchables

Copé, Sarkozy, Léotard et Balladur. Le point sur leur actualité judiciaire.

Ils se croyaient intouchables (1/4). Copé, l’homme de la piscine

Par et
Jean-François Copé dans la piscine de la villa de Ziad Takieddine. © Photo Mediapart Jean-François Copé dans la piscine de la villa de Ziad Takieddine. © Photo Mediapart

Le secrétaire général de l’UMP est devenu l’une des figures de l’affaire Takieddine, après la révélation d’une photo le présentant dans la piscine du marchand d’armes. L’enquête a mis au jour la prise en charge de séjours et de voyages. Elle s'est poursuivie sur l’ouverture du compte n°386315 au Crédit suisse de Genève par la sœur de Jean-François Copé et les conditions du rapatriement officiel de Ziad Takieddine après son accident sur l’île Moustique en 2004.

Ils se croyaient intouchables (2/4). Sarkozy, le « patron »

Par et
 © Reuters © Reuters

Le juge Renaud Van Ruymbeke a accumulé les preuves sur les liens de l’ancien président de la République et de son clan avec Ziad Takieddine. Mis en cause en tant que ministre du budget pour avoir validé les pots-de-vin du gouvernement Balladur, Nicolas Sarkozy est au cœur de l’enquête visant le marchand d’armes. Les investigations pourraient désormais s’étendre aux financements libyens de sa campagne de 2007.

Ils se croyaient intouchables (3/4). Léotard, le disparu de Fréjus

Par et
François Léotard © Reuters François Léotard © Reuters

Il est celui qui a signé les contrats. L'ancien ministre de la défense, François Léotard, est au cœur de l'enquête du juge Van Ruymbeke sur les ventes d'armes du gouvernement Balladur avec le Pakistan et l'Arabie saoudite. Le magistrat a accumulé les preuves de son implication personnelle et de celle de son plus proche conseiller de l'époque, Renaud Donnedieu de Vabres, dans la mise en place du réseau Takieddine. À la clé : plus de 80 millions d'euros de commissions occultes.

Ils se croyaient intouchables (4/4). Balladur, le crépuscule du « cardinal »

Par et
E. Balladur © Reuters E. Balladur © Reuters

C'est son gouvernement qui a conclu les ventes d'armes au cœur du scandale. C'est sa campagne présidentielle dont les comptes ont été truqués. L'enquête du juge Van Ruymbeke remonte jusqu'à l'ancien premier ministre Edouard Balladur. Tout son patrimoine est désormais passé au peigne fin.