L'affaire Wildenstein

L'affaire Wildenstein ressemble à s'y méprendre à l'affaire Bettencourt. Les ressorts de l'intrigue sont presque tous les mêmes: les premiers rôles sont tenus par les membres d'une famille richissime qui, entre champs de course et belles demeures dans des paradis exotiques, se déchirent autour d'une fortune; il est question de dons financiers via le Premier cercle des donateurs de l'UMP, de Légion d'honneur, et de conflits d'intérêts; on y parle de présomption de fraude fiscale massive au travers d'opaques structures financières implantées dans des pays fiscalement peu regardants, et cela, sans que le ministre du budget, pourtant alertés, diligente sur-le-champ une enquête de ses services; on y croise le chef de l'Etat, Nicolas Sarkozy, et les ministres Eric Woerth et François Baroin.

L'affaire Wildenstein rebondit

Par

Une plainte, pour abus de confiance et blanchiment notamment, a été déposée le 8 septembre. Plongée dans les deux sociétés, DeltaTrust et SonsTrust, implantés aux îles Caïmans et à Guernesey, où a été logée à l'insu du fisc français une gigantesque fortune.

Wildenstein: Bercy ferme les yeux sur une vaste fraude fiscale

Par
Les ministres du budget successifs, Eric Woerth d'abord, François Baroin ensuite, ont été alertés d'une présomption de vaste fraude fiscale. Mais aucune enquête n'a été diligentée sur la situation de Guy Wildenstein (photo), figure connue de l'UMP aux Etats-Unis, familier d'Eric Woerth, ami de Nicolas Sarkozy. Et qui s'est vu, lui aussi, décerner la Légion d'honneur.

Affaire Wildenstein: une plainte embarrasse Woerth et Baroin

Par
La veuve du célèbre marchand de tableaux a déposé, lundi 20 septembre, une plainte contre X..., notamment pour «trafic d'influence», «corruption active et passive». Membre du «Premier cercle» des donateurs de l'UMP et proche du chef de l'Etat, son beau-fils, Guy Wildenstein, est implicitement visé mais tout autant les deux ministres successifs du budget, Eric Woerth et François Baroin.