Solfé sous Camba : le bilan

Après plus de trois ans à la tête du PS, Jean-Christophe Cambadélis s'apprête à céder la place. Pour l'instant, à une direction collégiale, avant le congrès prévu début 2018. Politiquement, le PS est à terre. Socialement et financièrement, il ne va guère mieux.

Une «situation antisociale» à Solférino

Par
 © Reuters © Reuters

C’est l’autre bilan de Jean-Christophe Cambadélis. Mediapart a pu reconstituer le compte-rendu de l’audit lancé en septembre 2016 au siège du PS par des experts en prévention des risques psychosociaux. C’est désastreux. Et, compte tenu des finances du parti, le plan social à venir courant septembre ne devrait rien arranger.

Les chers proches de Cambadélis au PS

Par
Le siège du PS à Paris © Reuters Le siège du PS à Paris © Reuters

Premier secrétaire socialiste depuis avril 2014, Jean-Christophe Cambadélis a constitué un noyau de proches pour diriger Solférino. Avec des salaires qui font grincer en interne pour un parti se disant de gauche. 

Le fiasco de la Belle Alliance populaire de Cambadélis

Par
Mercredi 13 avril, juste avant la présentation de la Belle Alliance populaire. De gauche à droite au premier plan : Sylvia Pinel, Jean-Vincent Placé et Jean-Christophe Cambadélis © Christophe Gueugneau Mercredi 13 avril, juste avant la présentation de la Belle Alliance populaire. De gauche à droite au premier plan : Sylvia Pinel, Jean-Vincent Placé et Jean-Christophe Cambadélis © Christophe Gueugneau

Lancée le 13 avril 2016 et destinée à élargir le socle du PS, la Belle Alliance populaire affiche aujourd’hui un bilan calamiteux et plusieurs de ses fondateurs ont déserté pour filer chez Macron. Son avenir sera scellé ces prochaines semaines lors de l'élaboration de la « nouvelle feuille de route » du PS. 

Le Parti socialiste est-il encore en état de faire de la politique?

Par
 © Reuters © Reuters

Le PS compte désormais une direction collégiale à 15 membres. Certains secrétaires nationaux sont partis chez Macron, d'autres se désintéressent désormais du parti. Le nombre d'élus est en chute libre après les élections locales du quinquennat Hollande, et celui des adhérents est au plus bas.