La Grèce après le Covid-19

Le Covid-19 a jusqu’ici épargné la Grèce, le bilan approchant les 4 000 cas et 200 morts. Le gouvernement conservateur de Kyriakos Mitsotakis a pris des mesures drastiques dès début mars. Il doit maintenant gérer la crise économique provoquée par la chute du tourisme, un secteur essentiel. Il en profite également pour passer des réformes qui durcissent le droit d’asile ou appliquer une politique sécuritaire dite « de la loi et de l’ordre ». Si la gauche parlementaire est encore peu audible, des mouvements s’organisent, des initiatives surgissent.

En Grèce, le gouvernement conservateur tape de plus en plus fort

Par
Une arrestation musclée en décembre 2019 à Exárcheia. © EP Une arrestation musclée en décembre 2019 à Exárcheia. © EP

Arrivé au pouvoir il y a un an, le parti Nouvelle Démocratie a entamé dès sa prise de fonctions un virage de ferme. La crise sanitaire du Covid-19 a accéléré cette tendance. Premier volet de notre série sur la Grèce.

Malgré la crainte du virus, la Grèce veut relancer le tourisme de masse

Par
Une acropole d’Athènes désertée par les touristes le 7 juillet 2020. © Nicolas Economou/NurPhoto/AFP Une acropole d’Athènes désertée par les touristes le 7 juillet 2020. © Nicolas Economou/NurPhoto/AFP

Après les plans d’austérité successifs imposés au pays au cours de la dernière décennie, le secteur touristique est devenu un pilier fondamental de l’économie. D’où son importance pour sortir de la crise du Covid-19 malgré les effets néfastes.

Athènes utilise la crise sanitaire pour affaiblir le droit d’asile

Par
Dessin du camp de Moria en Grèce. © EP Dessin du camp de Moria en Grèce. © EP

La crise du Covid-19 a permis au gouvernement grec de réformer discrètement sa politique migratoire, plus sévère envers les réfugiés. La société civile, anesthésiée après plusieurs mois de confinement, a peu réagi aux mesures, préoccupée par l’avenir économique du pays.

En Grèce, la gauche convalescente pâtit encore de l’échec de Syriza

Par
Une manifestation à Athènes le 9 juillet 2020 contre le projet de loi restreignant les rassemblements. © Kostis Ntantamis/Sputnik/AFP Une manifestation à Athènes le 9 juillet 2020 contre le projet de loi restreignant les rassemblements. © Kostis Ntantamis/Sputnik/AFP

Le parti conservateur Nouvelle Démocratie est en position de force. Face à sa politique de plus en plus ferme et à l’ordre néolibéral qu’il met en place à l’issue de la première phase de la crise sanitaire, la gauche a du mal à être entendue.