Affaire Kerviel: l’enquête fiscale enterrée

Par

La remise fiscale de 2,2 milliards d’euros accordée à la Société générale pourrait-elle être un mobile dans l’affaire Kerviel ? Dès mai 2008, un rapport de travail de la justice soulignait le risque pour la banque de devoir rembourser l’argent public et l'intérêt pour elle à nier ses responsabilités. Il a été promptement enterré.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est une ombre qui plane sur l’affaire Kerviel depuis le début. Une ombre qui pèse 2,2 milliards d’euros. À de nombreuses reprises, des responsables politiques, des élus, des experts ont soulevé la question de ce cadeau fiscal consenti à la Société générale par l’État, dès l’annonce des pertes de la banque. Mais la justice n’a jamais vraiment cherché à dissiper le brouillard.