Energie et logement : cruel paradoxe de la transition écologique

Par

Qu’attend le gouvernement pour lancer le plan promis de rénovation énergétique des logements, au cœur du projet de transition énergétique ? Trop floues, trop timides, ses pistes de travail apparaissent en décalage avec les réformes discutées par un secteur en pleine effervescence.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

D’ici quelques jours, le gouvernement devrait présenter ses arbitrages concernant les aides promises au secteur du bâtiment, en pleine déroute économique : les ventes de logements neufs ont chuté de 17,9 % en 2012 par rapport à 2011 selon le ministère de Cécile Duflot, les mises en chantier reculent de 21,6 %, les permis de construire de 7,9 %. Les constructeurs ont vendu 16 % de moins de maisons individuelles tandis que les promoteurs accusent un recul de 28 %, selon les estimations de l’Union des maisons françaises (UMF), qui représentent les constructeurs.

Parmi ces annonces, devraient figurer les mesures cadres du projet de loi sur l’efficacité énergétique des bâtiments, pierre angulaire du projet de transition écologique : avec 30 % de la consommation finale, le résidentiel est le deuxième plus gros poste de dépense énergétique en France. Il représente aussi 40 % de la consommation totale d’électricité, et 50 % du gaz. Quand on prend en compte les bureaux (tertiaires), on monte à 47 % de la consommation d’énergie finale, loin devant l’industrie (20 %) et l’agriculture. C’est aussi notre principale source d’émissions de gaz à effet de serre, avec les transports.

Cécile Duflot et Delphine Batho, le 20 février à Melun, pour annoncer leur plan de rénovation thermique. Cécile Duflot et Delphine Batho, le 20 février à Melun, pour annoncer leur plan de rénovation thermique.


Face à cet aspirateur géant à kilowatts, les pistes de réformes du gouvernement paraissent peu ambitieuses : assouplissement des conditions du prêt bonifié destiné aux bailleurs sociaux (Eco PLS), 600 millions d’euros supplémentaires pour le crédit d’impôt développement durable (CIDD), création de structures de tiers financement, rabais de la TVA de 7 % à 5 % pour les travaux de rénovation thermique. Ce n’est pas rien.

Mais si l’on compare, par exemple, aux 800 millions d’euros que la Wallonie consacre à son plan de « rénovation durable » pour ses 4 millions d’habitants, les crédits supplémentaires que l’État s’apprête à débloquer semblent bien minces. Surtout que Matignon a sèchement recadré les ministres Batho et Duflot après leurs premières annonces, jugées prématurées. Mardi 26 février, une nouvelle réunion à l’Élysée n’a pas davantage permis de déboucher sur un arbitrage.

En septembre dernier, lors de la conférence environnementale, François Hollande annonçait vouloir utiliser le doublement du plafond du livret A et du livret développement durable (LDD), capter le produit de la mise aux enchères des quotas d’émissions de CO2 (qui pourrait atteindre jusqu’à 4 milliards d’euros en fonction du cours de la tonne de carbone). Son objectif était alors la « mise aux normes » d’un million de logements par an, anciens et neufs. Le gouvernement ne vise désormais plus que 500 000 rénovations annuelles à partir de 2017. « Après l’élection présidentielle, la nouvelle équipe au pouvoir a montré une vraie ambition mais nous découvrons maintenant que les 500 000 rénovations sont pour la fin du quinquennat, regrette Paul Brejon, directeur des affaires techniques de la Fédération française du bâtiment (FFB), lors d’une réunion publique. Selon lui, « il y a un risque majeur : que le soufflé retombe. On ne voit rien venir. On est à un moment charnière, notre crédibilité repose sur le fait que les choses démarrent dans un temps très court »

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale

Les citations de la plupart des personnes qui figurent dans cet article sont extraites d'interventions publiques qu'elles ont prononcées aux occasions suivantes : conférence du think tank Shift project, table ronde sur l'efficacité énergétique organisée par la commission du développement durable de l'Assemblée nationale, deuxième déclinaison régionale, en Île-de-France, du débat national sur la transition énergétique.