Le parlement brésilien mène l'offensive pour accaparer l'Amazonie

Par

Selon les défenseurs de l'environnement, qui tirent la sonnette d'alarme, la région vit sous la menace de projets de loi destructeurs pour les réserves naturelles et territoires indigènes : au Parlement, les défenseurs du lobby de l'agriculture constituent une force à laquelle le président par intérim, Michel Temer, ne peut rien refuser. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Rio de Janeiro (Brésil), de notre correspondant.– « Nous sommes au bord d'une catastrophe environnementale sans précédent », lâche Christian Poirier, de l'ONG Amazon Watch. En Amazonie, territoires indigènes, quilombos (communautés de descendants d'esclaves) et réserves naturelles sont gravement menacés par différents projets de loi servant les intérêts de l'agrobusiness. « Il y a une volonté généralisée du gouvernement de réduire les territoires protégés par l'État. Le plus souvent en essayant de donner des arguments juridiques à des projets extrêmement politiques », explique le procureur Júlio Araújo, du ministère public fédéral (MPF), qui dénonce la suspension récente et illégale des délimitations de nouveaux quilombos.