Au pays des «gazelles», Chérèque sort les crocs

Par
Invité lundi 2 mai au soir par le lobby patronal Croissance Plus à débattre des 35 heures et du dialogue social, le secrétaire général de la CFDT s'est montré très virulent contre la tentative du gouvernement de passer en force sur les 35 heures et très remonté contre un auditoire pas franchement acquis à la cause des RTT. Chérèque était «en colère». Il a sorti les griffes...

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il est «en colère», il le dit, et gare à ceux qu’il croise sur son passage. Lundi soir, François Chérèque, le secrétaire général de la CFDT, était invité par le lobby patronal Croissance Plus, think tank des patrons de PME innovantes, à débattre de la France en général, des entreprises et du dialogue social en particulier. Le réformiste Chérèque («vous avez eu du courage en 2003 de signer la réforme des retraites», se pâmait la modératrice de la soirée, habillée en chanteuse d’Abba) face au patron en polo, Geoffroy Roux de Bézieux, nouvelle égérie cool du Medef, tout juste propulsé président de l’assurance-chômage: on s’attendait à du lénifiant. On eut, en réalité, du très décoiffant.