Affaire Kerviel: la Commission bancaire sanctionne la Société générale

Par

L'autorité de tutelle du système bancaire français a condamné vendredi la Société générale à payer 4 millions d'euros pour avoir enfreint la réglementation bancaire. Ses attendus sont encore plus critiques que les précédents rapports. C'est l'organisation même de la banque qui est mise en cause. La fraude de Jérôme Kerviel, pour la Commission bancaire, n'est pas due au hasard mais à des «carences graves dépassant la répétition de simples défaillances individuelles».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Chaque nouvelle étape de l'enquête sur l'affaire Kerviel devient plus cruelle pour la Société générale. A chaque fois, un nouveau coup est porté à sa position de « victime d'un trader fou ». Après le rapport de l'inspection générale de la banque et le rapport d'audit de PricewatershouseCoopers qui avaient chacun pointé de graves défaillances dans le contrôle de la banque, la Commission bancaire, l'autorité de tutelle du système bancaire français, met en exergue à son tour les manquements commis par la Société générale. Ses attendus, rendus publics vendredi (lire ici), risquent de peser très lourds dans la suite de l'affaire et de l'histoire de la banque. Car ce sont ses pairs – banquiers, tous issus ou presque de l'Inspection des finances – qui portent un regard et un jugement sur la conduite de la Société générale. Et ils sont encore plus durs et plus critiques que les précédents rapporteurs.