La crise grecque menace de devenir systémique

Les dettes souveraines grecques sont en train de devenir des subprime. Par contagion, les pays jugés vulnérables sont menacés; les banques se retrouvent en première ligne.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

C'est une vague de peur qui enfle, et que rien ne semble pouvoir endiguer. La Banque centrale européenne, dernière voix autorisée pour la zone euro, n'a pas réussi à calmer les appréhensions: en refusant, jeudi 6 mai, de passer outre l'interdiction qui lui est faite par traité et de «monétiser» la dette grecque, c'est-à-dire d'acheter directement la dette publique grecque, elle s'est privée de la seule arme susceptible de calmer la spéculation, aux yeux de nombreux experts y compris de banquiers. Car le plan de sauvegarde de la Grèce, adopté par l'Union européenne et le FMI, n'a pas convaincu. De plus en plus de voix s'élèvent pour dire même qu'il est mort-né, avant même que les pays de la zone euro, réunis vendredi 7 mai, ne l'ait approuvé.
Dès lors, la crainte de voir la Grèce faire défaut est de plus en plus palpable. Sa dette est devenue un subprime: tout le monde cherche à s'en débarrasser. Vendredi, le rendement des obligations à 10 ans atteignait 12,28%, un nouveau record, tandis que la prime d'assurance – les fameux CDS – pour se couvrir des risques de faillite cotait 1.000 points de base, 100%! Un niveau qui est considéré comme un indicateur que le pays va faire défaut. Dans son sillage, la Grèce entraînait le Portugal – ses obligations à dix ans sont à plus de 6,18% –, l'Espagne et l'Italie.
Les banques, premières détentrices d'obligations d'Etats, se retrouvent en première ligne. Jeudi, l'agence de notation Moody's a insisté sur les risques d'une contagion des risques souverains aux systèmes bancaires. Selon l'agence, un tel risque pourrait se propager au Portugal, à l'Espagne, l'Irlande, l'Italie et le Royaume-Uni. Partie de la Grèce, cette crise mal gérée par l'Union européenne est devenue une crise de l'euro et des dettes souveraines et pourrait se transformer en une nouvelle crise systémique du système bancaire et financier, la deuxième en deux ans et demi.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Conjoncture — Analyse
par Romaric Godin
Climat — Parti pris
par Mickaël Correia
Écologie — Reportage
par Daphné Gastaldi (We Report)
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

IVG, la régression venue des États-Unis — Reportage
Le Kansas vote en faveur de la protection de l’avortement
Mardi 2 août, une majorité d’électeurs de l’État américain du Midwest a rejeté un amendement à la Constitution locale qui aurait permis la restriction, voire l’interdiction, du droit à l’avortement. Il s’agissait du premier test électoral depuis la révocation de l’arrêt « Roe v. Wade » en juin.
par Alexis Buisson
Asie — Analyse
En Chine, la crise immobilière prend de l’ampleur
À la suite d’une révolte des emprunteurs, le pouvoir a dû réagir pour stabiliser la situation, mais le vrai problème reste son incapacité à construire un nouveau modèle économique.
par Romaric Godin
Proche-Orient — Reportage
En Cisjordanie occupée, une opération massive de « colonisation sauvage »
Le 20 juillet, des milliers de colons israéliens se sont donné rendez-vous aux quatre coins de la Cisjordanie pour y créer dix nouveaux avant-postes en une soirée, espérant influencer la politique du gouvernement. Au grand dam des Palestiniens, qui voient de plus en plus de terres confisquées, et la violence des colons s’intensifier.
par Alice Froussard
Climat — Entretien
Vagues de chaleur marine : « L’océan traité comme une poubelle géante pour le CO2 »
Les vagues de chaleur océanique s’intensifient, comme l’alerte la climatologue du Giec Valérie Masson-Delmotte. Elles causent le blanchissement et la dégradation des récifs coralliens, la mortalité de masse d’oiseaux marins, mais aussi des risques pour la santé humaine à cause de la prolifération d’algues toxiques.
par Sophie Boutboul