Une démission collective aggrave la crise au «Monde»

Par

La démission de sept membres sur onze de la rédaction en chef du quotidien précipite la crise qui couvait depuis plusieurs semaines au Monde. La rupture avec la directrice de la rédaction Natalie Nougayrède est nette. Sous le feu des critiques, cette dernière tente de reprendre la main.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La configuration de la crise est inédite dans l’histoire du Monde, pourtant peu avare en guerres internes et en psychodrames collectifs depuis sa création, il y a presque soixante-dix ans. En annonçant ce mardi qu’ils démissionnaient collectivement de leurs postes, une majorité des rédacteurs en chef et rédacteurs en chef adjoints (sept sur onze) ont frappé un grand coup. Et laissé un journal sonné. La société des rédacteurs du Monde (SRM) a convoqué une réunion ce mercredi après-midi pour discuter de la situation. La directrice Natalie Nougayrède, qui tente depuis dimanche de reprendre la main, se retrouve sur la sellette.