Les 963 licenciés d’Office Depot plaident leur cause en appel

Par

Le spécialiste des fournitures de bureau a été repris au tribunal de commerce par Alkor, une coopérative d’entreprises, le 3 juin. Les représentants du comité social et économique préféraient l’offre concurrente, qui garantissait plus d’emplois repris.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce sont 963 lettres de licenciement qui ont été envoyées dans un silence médiatique quasi complet le 30 juin, et qu’une partie des syndicats d’Office Depot vont tenter de rendre caduques devant la cour d’appel de Douai, ce jeudi 8 juillet. Les chances de réussite sont minces pour les représentants des salariés de l’entreprise, mise en redressement judiciaire le 5 février.