Arianespace: les oubliés de l'espace

Arianespace est en train de vivre ses derniers jours. Matignon a confirmé mercredi la privatisation de la société qui assure depuis trente-cinq ans le succès du spatial européen pour en donner le contrôle à Airbus et Safran. Le gouvernement n’a demandé aucun engagement social en contrepartie.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Les salariés d’Arianespace se sentent seuls, bien seuls. Leur société est en train de mourir dans l’indifférence générale. L’État français s’apprête à privatiser la structure de commercialisation, dépendant de l’agence spatiale européenne, qui pendant trente-cinq ans a porté le rêve spatial européen, entraîné des dizaines d’industriels à sa suite, réalisé des centaines de lancements, s’est hissé au premier rang mondial. D’un trait de plume, il est prêt à laisser les clés de toute la politique spatiale aux industriels.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal