La Cour d’appel confirme le millier de licenciements chez Office Depot

Par

Le choix du repreneur de l’entreprise spécialisée dans les fournitures de bureau n’a pas été entaché d’« excès de pouvoir » de la part du tribunal de commerce de Lille, selon les juges.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La voie de passage était bien étroite, et elle vient de se fermer. La Cour d’appel de Douai a rejeté les demandes des représentants des salariés d’Office Depot, qui contestaient la reprise, décidée par le tribunal de commerce de Lille le 3 juin, de leur entreprise par la coopérative d’entreprises Alkor.