Pendant la crise, Daniel Bouton spécule sur la Société générale

Par

Depuis juillet, Daniel Bouton, le président de la Société générale, achète, vend, spécule sur ses stock-options et les actions de sa banque, pour son compte personnel.En quatre mois, il a réalisé 1,3 million d'euros de plus-values, comme l'attestent ses déclarations auprès de l'Autorité des marchés financiers. Aucun autre banquier français n'a eu la même attitude.Lire aussi: Ménages, PME: le gouvernement cherche à préserver la confiance

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pendant la crise, les affaires continuent à la Société générale. Ni la crise, ni l'effondrement financier, ni les pertes passées de la banque, ni l'affaire Kerviel ne semblent avoir perturbé Daniel Bouton, le président de l'établissement. Ou l'inciter à un peu de retenue. Le business, en tout cas, son petit business, prospère mois après mois. Il achète et vend les actions de sa banque, spécule et s'enrichit pour son compte personnel, comme auparavant. C'est ce qu'on apprend à la lecture de ses déclarations à l'Autorité des marchés financiers (AMF).