Renault à Tanger: la classe politique française s'étrangle à tort

Par

Le protectionnisme est une valeur en hausse sur toutes les cases de l'échiquier politique français. Dernier exemple en date de cette problématique strictement hexagonale, les réactions indignées à l'ouverture par Renault d'une usine ultra-moderne à Tanger. Or c'est bien l'internationalisation de Renault qui a permis de sauver le groupe automobile français. Explications.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans The Bourne Ultimatum, dernier volet de la formidable trilogie consacrée aux aventures de Jason Bourne, les policiers marocains, engagés dans une haletante chasse à l’homme sur les toits de la casbah de Tanger, étaient équipés de Logan fabriquées par Renault en Roumanie. Il y a fort à parier que leurs futurs véhicules viendront du Maroc, de Tanger justement. Renault vient d’inaugurer dans la zone industrielle de la ville franche une usine qui produira à terme 400.000 voitures «low cost» sous la marque de sa filiale Dacia.