L'impossible double casquette d'Eric Woerth

Par
La majorité s'est offusquée, mercredi, à l'Assemblée, lorsque le député socialiste Christian Eckert a osé cette interrogation. «Monsieur le ministre des comptes publics, vous êtes censé combattre l'évasion et la fraude fiscale. Est-ce compatible avec votre fonction d'animateur du club des financeurs de l'UMP? N'y a-t-il pas là sinon conflit d'intérêts, pour le moins confusion des genres?» A l'heure où le même ministre du budget traite des cas des exilés fiscaux en Suisse, cette double casquette peut nourrir le soupçon. Analyse.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce qui s'est passé le 9 décembre lors de la séance des questions d'actualité à l'Assemblée nationale pourrait n'être qu'une des chroniques de plus de la vie parlementaire. Chahut, altercations, mouvements de manche et indignation ponctuent régulièrement les débats parlementaires, même si ces derniers temps la crispation devient de plus en plus manifeste. Pourtant, cette séance de mercredi mérite plus d'attention. Car ce n'était pas une question politique mais une question de principes républicains, transcendant largement les partis, qui a été posée. La majorité a fait mine d'enterrer le sujet, il est pourtant sur la table, dans les termes mêmes posés par le député socialiste de Moselle, Christian Eckert: «Monsieur le ministre des comptes publics, vous êtes censé combattre l'évasion et la fraude fiscale. Est-ce compatible avec votre fonction d'animateur du club des financeurs de l'UMP? N'y a-t-il pas là sinon conflit d'intérêts, pour le moins confusion des genres?»