Chemins de fer britanniques: les failles béantes de la privatisation

Par Amandine Alexandre

Au Royaume-Uni, plus de 20 ans après la privatisation des chemins de fer, une majorité de Britanniques veut faire machine arrière. Exploité par vingt entreprises privées, le réseau ferroviaire est l’un des plus chers d’Europe pour les passagers. Il est également fortement subventionné.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La première chose que fait Sian Parker au réveil est de vérifier l’état du trafic sur la ligne ferroviaire qu’elle emprunte pour se rendre à son travail. Même si les informations disponibles ne lui permettent pas d’éviter les problèmes de transport. « Parfois, un train disparaît des tableaux d’affichage sans que l’on sache pourquoi », témoigne cette infirmière de 29 ans, qui vit dans le sud de Londres.