Grèce: même le monde financier ne croit pas à l'austérité européenne

Par

Athènes est comme sidéré, après l'adoption du programme d'austérité imposé par l'Europe. Et le monde financier, pour lequel tous ces sacrifices sont exigés, s'inquiète. Pour les investisseurs et les économistes, l'austérité imposée à la Grèce ne rime à rien et risque d'aggraver au contraire la situation mondiale.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Athènes semble s’être réveillé ce matin en état de sidération. Le vote du parlement sur le plan d’austérité exigé par l’Europe comme les violences urbaines (ici blog de photos)  qui ont déchiré le centre-ville une partie de la nuit ont laissé les Grecs momentanément sans voix. Quels mots mettre sur ce qui s’est passé ce 12 février, sur cet enterrement d’une certaine idée de l’Europe et de la démocratie, contraignant des députés à signer, un pistolet sur la tempe, « une acceptation insincère de conditions impossibles », pour reprendre les mots de Keynes sur le traité de Versailles, comme le rappelle un éditorialiste du Telegraph ?