À Grenoble, Métrovélo inflige « un management dénué de considération »

Le service pionnier de la location de vélos gère la plus importante flotte après celle de Paris. Mais depuis deux ans et la reprise par Cykleo, rien ne va plus pour les salariés. L’inspection du travail a recensé une tentative de suicide et parle de « harcèlement moral ».

Florian Espalieu

13 février 2022 à 12h06

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Grenoble (Isère).– Impossible de les rater en se baladant à Grenoble : les bicyclettes jaunes siglées Métrovélo se croisent à chaque rue. Emblème de l’essor du deux-roues dans l’agglomération, ce service de location est un pionnier du genre en France : s’abonner (au jour, au mois ou à l’année) pour utiliser une bicyclette, dont la réparation est prise en charge par les techniciens Métrovélo, est possible depuis 1999. Bien avant les vélos en libre service type Vélo’v déployés à Lyon en 2005 ou Vélib’ à Paris en 2007.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal