L’aide au développement fournie par la France est loin d’être désintéressée

Contrairement aux autres pays de l’OCDE qui privilégient les dons, la France accorde plus de la moitié de son « aide publique au développement » sous forme de prêts. Cette pratique est à la fois déconseillée par l’OCDE et critiquée par des ONG. Mais la France semble attachée à cette politique qui fait de son aide un outil au service de ses propres intérêts.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Lors de sa visite au Sénégal, en février 2018, Emmanuel Macron s’est rendu avec son homologue, Macky Sall, sur le chantier de construction d’une ligne pour un « train express régional » (TER). Selon le président sénégalais, il s’agit du « plus grand projet du Sénégal indépendant ». Toutefois, une autre raison a conduit les deux chefs d’État à aller du côté de la gare de Dakar : la future infrastructure ferroviaire exhale aussi un fort parfum de France. Le Trésor français et l’Agence française de développement (AFD), principal établissement public de financement du développement, ont en effet apporté à l’État sénégalais une enveloppe de 200 millions d’euros pour financer l’ouvrage, soit un quart de son coût total.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal