Grève des infirmiers et aide-soignants dans les urgences parisiennes

Par

Les personnels de plusieurs hôpitaux de l’AP-HP devraient se joindre, dimanche et lundi, au mouvement de grève illimitée de leurs collègues de Saint-Antoine dimanche soir. Ils souhaitent l’amélioration de leurs conditions de travail et des augmentations de salaires. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Malgré les annonces (45 postes pour… 39 hôpitaux) de Martin Hirsch, directeur de l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP), les infirmiers et aides-soignants de quatre services d’urgence parisiens (Lariboisière, Pitié-Salpêtrière, Saint-Louis, Tenon) devraient rejoindre ceux de l’hôpital Saint-Antoine, en grève depuis le 18 mars, pour demander une amélioration de leurs conditions de travail et des augmentations de salaires (une prime mensuelle de 300 euros).