Jours sans fin dans l’abattoir fantôme

Par

Les chaînes de l’abattoir Volailles de l’Odet, à Landrévarzec (Finistère), se sont définitivement arrêtées début avril. Les 25 employés se retrouvent tous les jours devant l’usine fantôme, attendant leur lettre de licenciement.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«C’est arrivé le vendredi 29 mars. La direction nous a dit que ça s’arrêtait le 1er avril. » Deux semaines plus tard, les 25 salariés en CDI sont en chômage partiel, et sans espoir. La préfecture a retiré l’agrément sanitaire de l’établissement et l’exploitant de l’abattoir a indiqué ne pas pouvoir réaliser les investissements nécessaires à la remise aux normes sanitaires.