Savez-vous danser le subprime?

Par
A Gennevilliers, jusqu'à fin février, la crise économique est servie sur un plateau. Pascal Rambert met en scène une (micro) histoire économique du monde, dansée. On y croise entre autres vedettes, le philosophe Adam Smith, l'inventeur de la microfinance Muhammad Yunus ou encore le poète Stéphane Mallarmé. Une entreprise emballante de réchauffement de l'économie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Deux pièces marquantes de la fin d'année 2009, à Londres. A la demande de Nicholas Hytner, le directeur du National Theatre, David Hare a mis en scène The power of yes. Un texte autour du credit crunch, cet assèchement des liquidités dont le monde a été victime en 2008, à l'origine de la grande panique du secteur financier. Parmi les comédiens, un faux George Soros livre son analyse des dégâts. Quant à Rupert Goold, il a monté, au Royal Court Theatre, un Enron très discuté, du nom de ce gigantesque scandale comptable aux Etats-Unis, devenu symbole d'un capitalisme financier à la dérive. Pendant ce temps-là, à Paris, la crise n'a toujours pas franchi la porte des théâtres.
Il faut donc aller voir ailleurs – et d'abord en banlieue. Exception dans ce paysage français hermétique au dehors, Pascal Rambert présente, jusqu'au 20 février dans son théâtre de Gennevilliers (Hauts-de-Seine), Une (micro) histoire économique du monde, dansée. Sur le plateau, une cinquantaine de corps dansent des siècles d'économie. Tout y passe, depuis les dons et contre-dons de Marcel Mauss jusqu'à la crise des subprime de 2008, passant par la main invisible d'Adam Smith. Et Rambert parvient, en 90 minutes, à faire l'impossible: décortiquer sur scène, à partir d'une panoplie de gestes extrêmement simples, quelques-uns des rouages infernaux de l'économie mondialisée, et parfois, en extraire leur sève sensible.