Les superprofiteurs de la crise sont aussi des superpollueurs

Dans la finance, l’énergie, le transport ou l’industrie, on remarque que les grands groupes qui ont réalisé les plus gros profits ces derniers mois se retrouvent parmi les plus gros pollueurs.  Une raison de plus pour ne pas dissocier enjeux économique et écologique.  

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Il n’y aura pas de transition écologique sans changement profond du système économique. Car en l’état actuel des choses, les activités les plus profitables sont souvent celles qui ont l’impact le plus néfaste sur le climat. Il n’y a qu’à suivre l’actualité pour s’en convaincre : les grands groupes qui ont réalisé les plus importants « superprofits » ces derniers mois grâce à la hausse des prix de l’énergie, des matières premières et de certains métaux sont ceux qui polluent le plus ! La preuve dans quatre domaines de l’économie.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal