Le FMI en Europe: qu’allait-il faire dans cette galère?

Par

Le FMI devait-il s'impliquer dans la crise de la zone euro ? Certainement pas aux conditions posées par les dirigeants européens, au risque de compromettre sa capacité future d'intervention. C'est la leçon de Laid Low, du journaliste américain Paul Blustein.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dominique Strauss-Kahn n’aura pas seulement porté gravement atteinte à l’image du Fonds monétaire international avec ses aventures sexuelles ancillaires dans un hôtel Sofitel de New York. Bien plus sérieux et bien plus durable est le dommage infligé à l’institution financière multilatérale, au présent et pour l’avenir, en l’engageant, avec une position subordonnée de junior partner, dans la crise de la zone euro. C’est la conclusion que l’on peut tirer de la lecture de Laid Low (littéralement « couchés », comme par une tempête), Au cœur de la crise qui a submergé l’Europe et le FMI, que vient de faire paraître le journaliste américain Paul Blustein.