Suicides à France Télécom: sept dirigeants renvoyés en procès pour harcèlement moral

Neuf ans après les premières plaintes, les juges d’instruction ont ordonné un procès contre France Télécom et sept de ses dirigeants pour harcèlement moral. La politique de management instaurée par Didier Lombard, alors PDG du groupe, visant à déstabiliser les salariés est mise en cause.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Neuf ans après les premières plaintes faisant suite à la vague de suicides chez France Telecom (devenu Orange), les juges d’instruction ont rendu le 12 juin leur ordonnance de renvoi. Ils ordonnent un procès pour harcèlement moral contre l’entreprise et sept de ses dirigeants.  L’ancien patron de France Télécom Didier Lombard est renvoyé en correctionnelle, mis en cause pour une vaste politique visant à « déstabiliser les salariés », selon leur ordonnance de renvoi rendue le 12 juin.