Réserve fédérale: la tentation de l'inflation

Après la crise financière, les Etats-Unis vont-ils exporter l'inflation? La croissance très rapide de la masse monétaire aux Etats-Unis sanctionne la fuite en avant de la Réserve fédérale américaine. Attention, danger!

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

John Makin, chercheur au très conservateur American Entreprise Institute, écrit noir sur blanc ce que certains pensent tout bas aux Etats-Unis : la Réserve fédérale, la banque centrale américaine, doit faire marcher la planche à billet pour guérir les Etats-Unis de la gueule de bois consécutive à l'éclatement de la bulle immobilière. Pour M. Makin, qui défend sa thèse dans le Wall Street Journal du 15 avril, «la monétisation» est préférable à l'unique "alternative", une «nationalisation du marché hypothécaire». Certes, «il y a un risque substantiel que l'inflation puisse augmenter pour un temps», admet-il. Mais cela est préférable à une «sévère récession» qui rendrait inévitable un retour de bâton réglementaire sur les marchés financiers.
A dire vrai, la Fed a mis le doigt dans les deux engrenages, monétisation et nationalisation. Mais elle hésite encore à y plonger le bras tout entier.
Pour sauver in extremis un système bancaire au bord de l'implosion, la banque centrale, main dans la main avec le Trésor des Etats-Unis, n'a pas seulement organisé et financé le sauvetage de la banque d'affaires Bear Stearns. Elle a engagé plus des deux tiers de son bilan pour apporter de facto sa garantie à des actifs financiers en situation de détresse. Et elle a ouvert en grand tous les robinets de la création monétaire : baisse à six reprises de son principal taux directeur, ramené à 2,25% (soit très en dessous du niveau de l'inflation), réduction du taux d'escompte, création de nouvelles facilités permettant aux banques d'obtenir de la liquidité en échange d'actifs qui ne trouvent plus preneurs sur le marché.
Le tableau de bord publié chaque semaine par la Réserve Fédérale de St Louis, une des branches régionales de la Fed, donne la mesure de la débauche de création monétaire en cours aux Etats-Unis.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Politique — Analyse
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Écologie — Analyse
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot
France — Reportage
par Lucie Delaporte
International
par Laurent Geslin
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Asie
La Chine, le vrai pays de la « cancel culture »
L’arrivée au pouvoir de Xi Jinping il y a près de dix ans a été marquée par un durcissement du contrôle du débat public en Chine, en particulier sur les réseaux sociaux. Les critiques de la politique « zéro Covid » ou de la guerre déclenchée en Ukraine par l’allié russe viennent d’en faire les frais.
par François Bougon
France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Attentats du 13-Novembre : les grands entretiens — Entretien
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
L’affaire PPDA — Parti pris
L’affaire PPDA, ou tout le chemin qu’il reste à parcourir
L’affaire Patrick Poivre d’Arvor est symptomatique de la culture de l’impunité et de la tolérance sociale qui a longtemps prévalu, notamment dans les entreprises, concernant les comportements sexuels problématiques. Elle est aussi le reflet du chemin qu’il nous reste à parcourir.
par Lénaïg Bredoux et Marine Turchi