Des souris, des vaccins et des hommes

Par Lise Barnéoud

Que sait-on de la sécurité et de l'efficacité des vaccins à l'essai sur des milliers de volontaires ? Notre enquête montre qu'au moment où les premiers essais cliniques ont été lancés, peu d'animaux avaient été testés et ces animaux n'étaient guère adaptés. Au-delà des masques ou des tests, cette pandémie révèle une autre activité stratégique : la production d'animaux de laboratoire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En l’espace de 24 heures, deux essais cliniques contre le Covid-19, un vaccin de Johnson & Johnson et un traitement expérimental de Lilly, viennent d’être suspendus. En cause : une « maladie inexpliquée » chez l’un des participants pour le premier, et des problèmes de sécurité encore non explicités pour le second. En septembre, c’était AstraZeneca qui suspendait ses essais cliniques d’un vaccin, à la suite de la découverte de deux cas d’atteintes neurologiques chez des volontaires vaccinés. Les essais ont depuis repris au Royaume-Uni et au Brésil mais pas aux États-Unis.