BPCE-affaire Pérol : le juge Le Loire accélère

Par

Le juge d'instruction Roger Le Loire a reçu ce lundi les parties civiles à l'origine des plaintes pour « prise illégale d’intérêt » visant l'ancien collaborateur de Nicolas Sarkozy. Craignant les avancées de la justice, François Pérol a insisté auprès de son conseil pour que son mandat de président soit reconduit par anticipation.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est visiblement un coup de bluff qu’a tenté François Pérol en souhaitant que le conseil de surveillance de BPCE renouvelle la semaine passée par anticipation pour quatre années de plus son mandat de président du directoire. Mais il a de fortes chances de le perdre. Car si la manœuvre avait pour but de dissuader le juge chargé d’instruire la plainte dont il a fait l’objet pour « prise illégale d’intérêt », à la suite des conditions controversées de sa nomination à la tête de l’établissement bancaire, d’avancer trop vite, elle a échoué. L’instruction est maintenant bien engagée : selon nos informations, les parties civiles, parmi lesquelles les syndicats Sud et CGT des Caisses d’épargne, ont été pour la première fois reçues ce lundi 19 novembre dans l’après-midi par le juge Roger Le Loire. Et elles sont sorties très satisfaites de leur rencontre, après avoir été entendues par un juge qu’elles ont trouvé très « déterminé ».