Crise de la presse: Web et papier, marions-les, mais comment?

Par
Quatrième volet de notre enquête: la montée en puissance d'Internet, pour quel journalisme? Les quotidiens anglo-saxons, dont l'économie est bouleversée, réorganisent à marche forcée leurs rédactions en fusionnant les équipes qui travaillent pour différents supports. En France, Le Parisien vient de signer un accord en ce sens. Mais ces sites d'information en continu, où seule prime la vitesse, ont aussi souvent recours à des journalistes précaires, mal payés et sans moyen d'enquête.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’avenir de la presse est radieux. C'est l'héritier d'une longue lignée de patrons de presse et propriétaire du New York Times qui l'affirme : «Je ne sais vraiment pas si nous imprimerons toujours le Times dans cinq ans, et, vous savez quoi? Je m'en fiche, assurait Arthur O. Sulzberger au quotidien israélien Haaretz en février 2007. Internet est un lieu merveilleux et c’est là que nous allons.»