La France, ce paradis fiscal inconnu

Par

Alors que les grandes fortunes agitent à nouveau la menace de partir si les règles d’imposition sont modifiées, un fiscaliste réfute l’idée que la France soit un enfer fiscal. Pour lui, au contraire, la législation française peut être très accommodante pour les hauts revenus, s’ils savent s’organiser.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ils vont partir ! Depuis plusieurs semaines, les conseillers fiscaux multiplient les alertes et les avertissements : les familles fortunées  françaises sont sur le chemin de l’exil fiscal. Les dernières annonces de la campagne électorale ne peuvent que les pousser  à abandonner la France : d’un côté, François Hollande propose de taxer à 75 % les revenus supérieurs à un million d’euros, de l’autre, sur le modèle des États-Unis, Nicolas Sarkozy veut  créer un impôt sur les revenus du capital pour les exilés fiscaux, en leur demandant de s'acquitter auprès du fisc français de la différence entre l'impôt payé à l'étranger et ce qu'ils auraient eu à verser en France. Comment ne pas percevoir cela comme une déclaration de guerre contre les riches ?, dénoncent, les uns après les autres, les experts fiscaux.