Epargne-retraite des fonctionnaires: les curiosités cachées de la Prefon

Par

Coïncidence. Jeudi, jour de manifestations, était examinée la plainte pour diffamation déposée par l'ancien président de la Prefon, le système de retraite par capitalisation des fonctionnaires. A l'audience, on découvrait un monde opaque aux mains des assureurs et de quatre syndicats.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ils ne pouvaient pas ne pas entendre. Ils ne pouvaient pas ne pas y penser: malgré les fenêtres fermées, les clameurs de la manifestation contre la réforme des retraites arrivaient par rafale. Dans la salle d'audience, les juges de la XVIIe chambre du tribunal de grande instance de Paris savaient qu'ils étaient au cœur du même sujet: l'audience jugeait la plainte en diffamation déposée par l'ancien président de la Prefon, le système de retraite par capitalisation des fonctionnaires, Christian Chapuis. Il s'estime malmené dans certains passages du livre Les Scandales de l'épargne retraite (François Bourin), de Guillaume Prache, conseiller référendaire de la Cour des comptes, et président de l'Association nationale des fonctionnaires épargnant pour la retraite (ARCAF).