L’année 2012 se termine sous de bien sombres auspices pour Alcatel-Lucent. Ce lundi 24 décembre, l’équipementier téléphonique franco-américain est officiellement remplacé dans l’indice CAC40 par le fabricant de cartes à puce Gemalto. Ce retrait de l’indice phare de la Bourse de Paris avait été annoncé le 6 décembre, mais il n’en souligne pas moins cruellement la fin d’une année désastreuse pour l’entreprise. Les derniers mois ont été si catastrophiques qu’Alcatel a dû se résoudre mi-décembre à un choix qui pose nombre de questions, tant il vise ce qui reste l’une des rares pépites du groupe : pour obtenir un prêt de 1,6 milliard d’euros auprès de Goldman Sachs et du Crédit suisse, l’entreprise a (notamment) mis en gage ses 29 000 brevets.