Après l'affaire Pérol, l'affaire Jouyet

Par

Le premier ministre Jean-Marc Ayrault propose Jean-Pierre Jouyet comme patron de la Caisse des dépôts. Si le choix de l'ancien ministre de Nicolas Sarkozy et ami intime de François Hollande va choquer la gauche, il pose surtout un problème de légalité, selon les témoignages recueillis auprès de hauts magistrats. Mediapart révèle les dossiers qui vont embarrasser le nouveau promu.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Par un bref communiqué, le premier ministre Jean-Marc Ayrault a indiqué, jeudi 28 juin en milieu de journée, qu’il allait proposer la nomination de Jean-Pierre Jouyet, actuel patron de l’Autorité des marchés financiers (AMF) et ami intime de François Hollande, au poste, très influent, de directeur général de la Caisse des dépôts et consignations (CDC). Politiquement discutable, éthiquement choquante, cette promotion pourrait, de surcroît, être contraire aux règles du Code pénal encadrant le pantouflage, selon les informations recueillies par Mediapart auprès de plusieurs hauts magistrats. En quelque sorte, le gouvernement de gauche pourrait s’exposer à une controverse voisine de celle que la promotion en 2009 de François Pérol, ami proche de Nicolas Sarkozy, à la tête de la banque BPCE avait déclenchée.