Les preuves accablantes des irrégularités de Natixis

Par

Mediapart a obtenu de nouvelles preuves des irrégularités commises par Natixis Asset Management au détriment de nombreux organismes de placement, dont celui qui contribue au financement de la retraite des députés. Nous avons proposé au questeur (PS) de l'Assemblée nationale de les lui montrer. En vain ! Elles sont pourtant nombreuses et accablantes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est une histoire assez stupéfiante, qui en dit long sur l’impunité dont dispose le monde de la finance ; une histoire que Mediapart peut d’autant plus facilement raconter que nous en avons été l’un des acteurs. À la suite de la publication, ces dernières semaines, de nos enquêtes sur les irrégularités en cascade commises par Natixis Asset Management (NAM), l’une des principales filiales de la banque Natixis, qui est elle-même une filiale du groupe BPCE, nous avons saisi de l’affaire plusieurs députés occupant des fonctions de responsabilité à l’Assemblée nationale. Pour une double raison : d’abord, pour leur faire savoir que nous étions disposés à leur soumettre les nouvelles preuves en notre possession et qui établissent ces irrégularités ; ensuite, pour leur demander les suites qu’ils entendaient donner à ce scandale.